Université Al Quaraouiyine : Une impulsion royale

La réorganisation de l’Université Al Quaraouiyine devrait lui rendre son lustre d’antan pour rayonner en tant que référence dans le monde arabe. Parmi ses missions, former des leaders religieux et des savants marocains et étrangers

L’université Al Quaraouiyine bénéficiera d’une véritable réorganisation sur décision royale. L’objectif est de voir cette illustre établissement marocain retrouver son lustre d’antan, comme première université du monde arabe et pionnière du savoir. «Cette université doit être une référence en matière de formation des sciences de la religion ainsi que l’histoire de la pensée et de la civilisation islamiques». Il faut la «promouvoir en même temps que ses institutions, réexaminer ses programmes et méthodes d’enseignement pour développer les cursus des études islamiques en général et le rite malikite en particulier, la moderniser, voire la préserver comme haut lieu du savoir et de la recherche scientifique», ordonne le Souverain.

Une volonté qui fait référence à l’article 41 de la Constitution. Véritable chantier de réforme, la vision royale de réorganisation de l’Université et des établissements qui en dépendent est expliquée en 29 articles. Al Quaraouiyine qui a toujours été un foyer de rayonnement culturel et un haut lieu de la civilisation arabo-islamique, regroupe cinq établissements de formation et de recherche, répartis entre Fès, Marrakech, Agadir et Smara. Historiquement, cette université a toujours joui d’un intérêt particulier qui s’est nettement accru avec les Rois de la dynastie alaouite. Pour lui permettre de s’adapter aux évolutions modernes, de répondre à de nouvelles attentes, il était nécessaire de reconsidérer son système éducatif, de la doter d’un nouveau statut en parfaite harmonie avec les réalités actuelles. Ainsi, et à partir de 1975, elle a été alignée, au plan de la gestion tant administrative qu’éducative, sur le Dahir chérifien promulgué le 13 Safar 1395 (25 février 1975), sous le n° 1-75-102, relatif à l’organisation des Universités marocaines.

Avec la nouvelle réorganisation, l’Université franchit une nouvelle étape. Ils lui seront affiliés également «Dar Al Hadith Al Hassania de Rabat», «l’Institut Mohammed VI des leçons et études coraniques de Rabat», «l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams», et «l’Institut royal de la recherche sur l’histoire du Maroc», entre autres. L’ambition est de doter cette université qui a toujours eu un rôle important dans le développement de la sciences de l’Islam et de la culture arabe originelle d’un réseau étoffé d’établissements de renom. Lesquels formeront, à l’instar de ce qu’a été Al Quaraouiyine, des générations d’éminents oulémas (savants et érudits) dont la renommée devra dépasser les horizons du Royaume du Maroc, et qui assumeront de la meilleure façon leur devoir scientifique. Le but est de donner une nouvelle impulsion à la formation religieuse, un champ dépendant directement du Roi. En fait, selon les articles 2, 3 et 5 du récent Dahir royal, cette université, dont le siège réside à Fès, est mise désormais sous le Haut patronage royal. Elle jouit de l’autonomie financière, pédagogique et scientifique et se soumet à l’autorité de l’Etat en la personne du ministre des Affaires islamiques.

Neuf missions lui sont assignées. Y figurent notamment la formation des imams, la préparation des programmes de qualification et d’encadrement religieux, le développement de la recherche scientifique sur les études coraniques, et la promotion de l’histoire du Maroc et de la doctrine malikite. Il s’agira également de former des savants et des chercheurs dans le domaine des études coraniques, des sciences de la théologie, et des études islamiques supérieures approfondies. En outre, l’université peut aussi conclure des partenariats avec d’autres universités, institutions, et Etats, afin d’assurer des missions de formation et d’encadrement au Maroc et ailleurs.

Ses décisions seront prises par un conseil d’administration, et à sa tête un président d’université qui jouit des mêmes avantages (art.13) que ses pairs dans les autres universités. Notons enfin que ce dernier sera épaulé par 4 personnalités de renom. Il s’agit de 4 savants marocains qui seront nommés par Dahir et sur proposition du ministre des Affaires islamiques (art.8).

Source : leconomiste.com

Plus d’Articles

Espace sponsor